Retour aux communiqués de presse

Une alarme sonne pour les commerces indépendants de proximité : la Commission européenne menace les délais de paiement

La confédération des commerçants de France exprime sa profonde préoccupation face au projet de réglementation européen visant à réduire les délais de paiement de 60 jours à 30 jours.
Le tissu économique des commerces indépendants, véritable pilier de nos quartiers et de nos communautés, pourrait être sérieusement compromis par cette proposition. Actuellement, les délais de paiement de 60 jours co-partagés et en concertation avec les fournisseurs permettent aux commerces de proximité de gérer leurs flux de trésorerie de manière stable, assurant ainsi la viabilité de leurs activités.
Quelles Conséquences pour les Commerces Indépendants de Proximité ?
1. Impact sur la trésorerie : La réduction des délais de paiement à 30 jours provoquera de fait des difficultés de trésorerie majeures pour les commerçants indépendants qui dépendent d’une gestion minutieuse de leur trésorerie. N’oublions que les taux d’intérêt sont élevés. Les délais de paiement d’aujourd’hui sont adaptés aux délais d’écoulement des articles pour les commerces à stock, saisonniers et à rotation lente. Réduire les délais de paiement ne provoquera pas des ventes plus rapides en magasin, au contraire
2. Menace pour la survie des TPE : les commerces indépendants, déjà confrontés à des défis importants, pourraient voir leur survie compromise par cette mesure.
3. Impact sur l’emploi local : Les commerces indépendants sont des créateurs d’emplois locaux essentiels. Des difficultés financières accrues pourraient conduire à des réductions d’effectifs, entraînant ainsi une perte d’emplois au niveau local.
4. Conséquences sur l’empreinte carbone : La seule alternative pour les commerces serait de multiplier par deux le nombre de commandes en optant pour des micro-commande. Par conséquent, la logistique serait doublée par rapport à la situation actuelle, entraînant ainsi des répercussions écologiques significativement négatives. Sans parler que cette mesure créerait un dumping commercial au profit des fabriquants hors zone européenne, qui produisent souvent au charbon, tout en accroissant encore plus l’empreinte carbone liée au transport. Cela mettrait également un frein à la réindustrialisation de l’Europe.
Appel à la raison et au dialogue
La confédération des commerçants de France soutient l’appel lancé par les grandes organisation MEDEF, CPME et France Industrie et appelle les membres de la Commission européenne à prendre en considération l’impact significatif que cette mesure aurait sur les commerces de proximité et des TPE que cette mesure est sensée protégée. Nous encourageons le dialogue et la recherche de solutions équilibrées qui soutiennent à la fois la santé financière des entreprises, la protection des fabriquants locaux, la croissance économique et le bilan carbone de l’Europe.
La confédération des commerçants de France demande à la Commission Européenne de ne pas confondre la lutte contre les retards de paiement, que nous soutenons, et la réduction des délais de paiement concertés.
Contacts Presse
Francis PALOMBIPrésident06 82 42 41 78
Laure BRUNET-RUINART DE BRIMONTDéléguée Générale06 75 13 68 37
A propos de la confédération des commerçants de FranceFondée en 1906, la confédération des commerçants de France est composée aujourd’hui de 23 Fédérations professionnelles et 17 membres associés. La confédération représente plus de 1 million d’emplois et 450 000 entreprises, qui sont des TPE du commerce et de l’artisanat commercial, principalement implantées dans les centres-villes.